ARTICLE: Problems Among Japan's Young

Discussion in 'Japanese News & Hot Topics' started by thomas, Jan 14, 2001.

  1. thomas

    thomas Unswerving cyclist
    Admin

    8,653
    711
    224
    If you are genuinely interested in information on Japan's criminal justice system, pleaase check out the following site expanding on 'criminal trends', on the old and the new Juvenile Law and on the Juvenile Justice System in general:

    http://www.japanreference.com/cgi-bin/jump.cgi?ID=3369

    There are also some interesting artciles on Japan's 'prison industry'.

    Below you'll find an article posted in Japan Echo in 1998:


    JAPAN ECHO Vol. 25, No. 3, June 1998

    Problems Among Japan's Young

    Until quite recently, crimes committed by juveniles (aged 14 to 19) were seen as limited to a small segment of that population, and schools were considered to be safe places. Last year, however, saw the highest number of youth crimes since 1975. Those aged 14 to 19 comprise only 9% of Japan's population, but accounted for 34% of the serious crimes of murder and robbery, and fully 45% of violent crimes including assault and battery. The number of crimes where the young perpetrators wielded knives also leapt, drawing attention as a serious social problem and spurring a spate of published articles on the juvenile crime wave.

    In the first two months of 1998, according to the National Police Agency, a total of 38 crimes have been committed by juveniles armed with knives, including 7 murders, 12 robberies, and 11 physical attacks. Middle school students (grades seven through nine) have been arrested in 19 of these cases. In late January in the city of Kuroiso, Tochigi Prefecture, an eighth grader attacked and killed his English teacher, who had admonished him for being late to class, with a butterfly knife. February saw a butterfly knife used in another assault when a ninth grader from Tokyo's Kテエtテエ Ward attacked a police officer in an attempt to wrest away his pistol. In Kobe, another ninth grader was arrested for attempted robbery after holding up a post office with a kitchen knife for money to satisfy a desire to travel overseas. A Fukushima Prefecture eighth grader looking for cash to buy comic books robbed a supermarket customer at knifepoint, and in Yamanashi City, a ninth-grade boy slashed a female high school student. The incidents continued into March: A Saitama Prefecture seventh grader and an eighth grader in the city of Nagoya each attacked a classmate; the former--a victim of bullying--killed his tormentor.

    These children do not come from impoverished backgrounds or broken homes. Fully four-fifths of the juveniles charged with crimes report their families as being middle-class, and most of them have both parents living at home. And juvenile crime, which used to be centered on urban areas offering many temptations for the impressionable young, has spread throughout the country. In short, crime committed by youths has changed rapidly, becoming both more widespread and more serious, than the delinquency of the past.

    Examining some characteristics of the crime today shows that the problem behavior that could serve as a warning sign for juvenile crime often crops up outside the school and the home. Signs of impending trouble have, moreover, become more difficult for adults to spot as adolescents have consciously opted to conceal their questionable actions from teachers and parents. This has led to the labeling of many crimes as "sudden, unexpected outbursts" from otherwise quiet children. Another characteristic common to many of the cases lies in the children's inability to control their desires. The main motive in many of the crimes has been to get money for entertainment. Many of the crimes can also be said to have been sparked by outside influences--the flood of crime-related information provided by the media, or the urgings of friends to join in their wild behavior. Also, these perpetrators generally express remorse for their actions during the counseling process, but this is done for the sake of appearances, and the youths do not seem to truly understand the significance of what they have done.

    Prime Minister Hashimoto Ryテサtarテエ, taking the situation very seriously, assembled a conference to discuss issues related to the young people who will be responsible for Japan in the coming century. The gathering was attended by representatives from the world of education, the media, the police, and parent-teacher associations. I, too, attended this conference, where we sought steps to take in response to this social ill. Discussions at the conference touched on a wide range of perspectives in the search for effective measures. The problem is not a simple one, though, connected as it is with the educational and disciplinary methods and the values that have accumulated in the half century since the end of World War II.

    Some participants saw a cause of juvenile crime in the excessive value placed on individuality and personal freedom in the postwar period. Others saw a need to place more emphasis on individual responsibilities, and even to reduce individual freedoms somewhat for the sake of the common good. Views were aired to the effect that lower birth rates, by causing many children to grow up with few siblings, or none at all, have led to a generation that knows little of the need for compromise. Based on this, went the argument, parents should rethink their approach to discipline beginning when their children are toddlers, and measures should be put in place to increase the number of births. Some claimed that the school system's overly severe treatment of students leads to pent-up stress among them; still others rose to counter that argument. When the topic of media influence came up, one panelist--a former president of the University of Tokyo--stated that he would like to see an end to satirical comic books mocking teachers; another participant, herself a comic illustrator, staunchly defended them, saying that there should be a variety of information available, including both mockery and praise for teachers. The debate on educational issues proved raucous and wide-ranging.

    I feel the single greatest cause for the wave of juvenile crime has been our failure to instill the basic consciousness in children that tells them what they may and may not do. This is why young people are not troubled at the prospect of committing a criminal act, and why they feel no remorse after the fact. They also lack confidence in their ability to solve their problems, because we constantly harry them and rob them of the chance to take the time to ponder, worry about, and overcome problems, growing stronger and more capable in the process. This may be what drives these children to gird themselves with fancy, imported butterfly knives, trying to force others to acknowledge their own power. The weapons compensate for their lack of self-confidence.

    So long as parents, teachers, and other adults have no firmly established beliefs about why a certain action is bad, and why it must not be done, we will be unable to teach those standards to our children with any confidence. It is the lack of such confidence that makes it impossible for parents and teachers to discipline and guide children convincingly and effectively. And not only is this confidence--so important for ensuring that the lessons are taken to heart--lacking, but a gulf of distrust exists between the three groups: parents, teachers, and children. I believe this alarming distrust lies at the heart of the increase in juvenile crime.

    Yet another problem can be seen in the highly educated parents who cast a critical eye on their children's teachers. If these parents develop antipathy for a teacher, they immediately start talking about going to the board of education with their complaint. It is no surprise that educators are losing their confidence in this atmosphere. These parents, who themselves have no ingrained awareness of societal standards, think it undemocratic and ill-advised to push one judgment or another on their children. They seem at first glance to be understanding of their children, but they are avoiding their responsibilities as parents.

    Moreover, human relations--be they between husband and wife, parent and child, teacher and student, fellow teachers, or among children--have grown shallow. A fear of treading on another's human rights has led to a weakening of personal commitments. As a result, children sense that neither parents nor teachers are truly seeing them for who they are. Some young people caught shoplifting confessed that they did it in a bid to attract their parents' attention.

    To make their daily lives more enjoyable, children need places open to and managed by themselves where they can freely blow off steam. They also need to have their behavior corrected when it is wrong and to be punished when they deserve to be. Juvenile offenders must be made to pay the appropriate penalty. They need to be made to think deeply about the significance of the crimes they have committed and to repent sincerely. These steps are necessary for them to achieve maturity. I do not believe that holding back punishment, or the chance to feel remorse, because a criminal is a youth is truly to that child's benefit. (IWAO Sumiko, Editor in Chief; Professor, Keiテエ University).


    ツゥ 1998 Japan Echo
     
  2. thomas

    thomas Unswerving cyclist
    Admin

    8,653
    711
    224
    ARTICLE: La sociテゥtテゥ en demande trテエp

    I found this excellent article on Le Monde Diplomatique and couldn't help posting it for those among our visitors speaking French.

    ==================================================

    LA SOCIテ欝テ EN DEMANDE TROP
    Au Japon, une jeunesse ultraviolente

    CRIMES atroces, suicides, prostitution : l'explosion de la dテゥlinquance chez les jeunes Japonais inquiティte l'archipel. Alors que, pour certains, ツォ tout semble fonctionner parfaitement ツサ, serait-il possible qu'un sentiment mortifティre fonde sur une jeunesse nourrie de jeux vidテゥo et de sテゥries tテゥlテゥvisテゥes ? Mais cette extrテェme violence ne reflティte-t-elle pas plutテエt la pression d'une sociテゥtテゥ hyperexigeante, oテケ les repティres familiaux ont volテゥ en テゥclats, oテケ l'argent est la valeur reine - et corruptrice -, et oテケ le systティme テゥducatif, extrテェmement sテゥlectif, ne tolティre aucune faiblesse ? Par notre envoyテゥ spテゥcial DAVID ESNAULT *

    La jeunesse nippone aurait- elle perdu ツォ les notions fondamentales du bien et du mal et du caractティre sacrテゥ de la vie ツサ ? C'est ce que se demande le gouvernement japonais テ? la suite d'une sテゥrie de violences commises par des adolescents, d'une gravitテゥ jusque-lテ? inconnue sur l'archipel.

    Premier de ces faits divers spectaculaires impliquant de jeunes adolescents, un crime atroce : テ? Kobテゥ, en juin 1997, un garテァon de quatorze ans assassine deux fillettes, puis un enfant de onze ans, qu'il dテゥcapite. Il dテゥpose ensuite la tテェte de sa jeune victime devant son テゥcole. Prティs de la macabre dテゥpouille, il laisse une lettre テゥtrange dans laquelle il explique se venger d'une sociテゥtテゥ qui l'a ツォ rendu invisible ツサ. L'affaire a un テゥnorme retentissement.

    Le 28 janvier 1998, l'opinion publique est de nouveau saisie d'horreur. A Utsunomiya, une ville moyenne situテゥe テ? 100 kilomティtres au nord de Tokyo, un garテァon de treize ans, ne supportant pas que son professeur d'anglais lui reproche ses frテゥquents retards, la poignarde mortellement. Cette escalade de violence extrテェme, gratuite et imprテゥvisible, va reprendre le 10 fテゥvrier 1998. Ce jour- lテ?, テ? Tottori, une prテゥfecture situテゥe テ? 120 kilomティtres au nord-ouest de Kobテゥ, des jumeaux de quatorze ans sortent dans la rue, choisissent au hasard une vieille dame qui a le malheur de passer lテ? et l'assassinent テ? coups de couteau. Arrテェtテゥs sur-le-champ et sans rテゥsistance, ils se contentent d'expliquer qu' ツォ ils n'auront plus テ? aller テ? l'テゥcole aprティs cela ツサ. Quelque temps plus tard, テ? Higashi Matsuyama, au nord de Tokyo, un テゥlティve de treize ans poignarde brusquement un camarade de classe qui se moquait de lui.

    Ce ne sont lテ? que quelques exemples significatifs, parmi des dizaines de faits divers similaires rapportテゥs par les journaux. Mais d'autres types singuliers de violence ont テゥtテゥ signalテゥs. M. Katsumi Miya, inspecteur de la section dテゥlinquance juvテゥnile テ? la prテゥfecture de police d'Osaka (1), s'inquiティte du nombre croissant de cas de chasse テ? l'homme, phテゥnomティne connu sous le terme d' oyaji gari. Des adolescents se regroupent en bande juste pour un soir, parfois sans mテェme se connaテョtre, et s'attaquent テ? des passants テゥmテゥchテゥs ou テ? d'autres proies faciles comme des sans-abri. La police de Tokyo a arrテェtテゥ rテゥcemment une bande de douze garテァons, テ「gテゥs de dix テ? dix-sept ans, qui avait commis, en cinq mois, trente-six agressions contre des personnes テ「gテゥes. Les adolescents dテゥpensaient l'argent dテゥrobテゥ - au total, l'テゥquivalent de 50 000 francs - dans des centres de jeux vidテゥo. Le chef du gang n'avait pas treize ans.

    Un autre type de dテゥlinquance, particuliティrement mテゥdiatisテゥ celui-lテ?, n'a cessテゥ de se dテゥvelopper ces derniers temps. Il s'agit de la prostitution de jeunes filles, le plus souvent des lycテゥennes. Tous les Japonais connaissent l'euphテゥmisme enjo kosai (2) pour dテゥsigner ce phテゥnomティne. Le soir, dans le Kabuki-cho, le quartier chaud de Shinjuku テ? Tokyo, se multiplient les affichettes, collテゥes テ? la va-vite sur des poteaux indicateurs ou dans des cabines tテゥlテゥphoniques, fournissant des numテゥros de ツォ clubs tテゥlテゥphoniques ツサ. Ces officines - certaines sont clandestines, mais d'autres ont pignon sur rue - mettent le client en relation avec une jeune fille, en lui donnant son numテゥro de tテゥlテゥphone portable. Les clients, en gテゥnテゥral des hommes de quarante テ? soixante ans, salariテゥs, hommes d'affaires, pティres de famille, paient de 1 500 テ? 2 500 francs pour un rendez-vous. Les jeunes filles sont scolarisテゥes, n'ont pas de difficultテゥs sociales particuliティres et semblent essentiellement motivテゥes par l'argent, avec lequel elles s'offrent des vテェtements de marque, des cosmテゥtiques ou encore des accessoires coテサteux.

    Selon Yomiuri TV, l'une des quatre grandes chaテョnes de tテゥlテゥvision nationales, une lycテゥenne sur vingt s'est dテゥjテ? prostituテゥe. La police, pour sa part, ne dispose pas d'テゥtude prテゥcise mais on pense que ce phテゥnomティne est sous- estimテゥ au Japon et qu'il est en augmentation constante.

    Psychiatre テ? l'hテエpital de Yoyogi, dans le centre de Tokyo, le docteur Masao Nakazawa est spテゥcialiste des violences familiales. Il s'avoue sidテゥrテゥ par le nombre de foyers oテケ les enfants battent leurs parents et raconte le cas d'un garテァon n'ayant pas rテゥussi, aprティs le collティge, テ? intテゥgrer le lycテゥe de son choix. Comme si sa vie entiティre テゥtait conditionnテゥe par cet テゥchec, l'adolescent a ensuite ratテゥ le concours d'entrテゥe テ? l'universitテゥ. Sombrant dans la dテゥprime, il a rendu ses parents responsables de ses dテゥfaillances et terrorise depuis toute sa famille, la tyrannisant, la battant, la menaテァant d'un couteau, etc. La police refuse d'intervenir, arguant qu'il s'agit d'une affaire privテゥe, d'autant plus que le fils se comporte normalement テ? l'extテゥrieur de chez lui. Un tel drame familial n'est pas un cas isolテゥ. Le docteur Nakazawa affirme en rencontrer tous les jours.

    L'テゥcole est aussi le lieu d'une violence quotidienne, extrテェmement rテゥpandue et qu'on appelle ijimテゥ. Littテゥralement, ce mot signifie ツォ torturer ツサ ( ijimテゥru), mais on le traduit plus justement par ツォ s'en prendre aux plus faibles ツサ. Dans une classe, un groupe d'テゥlティves se choisit un souffre-douleur et le persテゥcute pendant plusieurs mois parce qu' ツォ il perturbe l'harmonie du groupe ツサ. Si le harcティlement est surtout psychologique, il n'exclut pas les brutalitテゥs physiques. Les professeurs ferment les yeux sur cette pratique cruelle, qui est loin d'テェtre un simple bizutage ou un rite initiatique. D'aprティs une vaste enquテェte conduite par le ministティre de l'テゥducation en 1997, un tiers des テゥlティves indiquent avoir テゥtテゥ ou テェtre victimes d' ijimテゥ, surtout au collティge, oテケ le problティme est particuliティrement aigu. Le harcティlement devient parfois si grave qu'il conduit certains jeunes au suicide ou, テ? l'inverse, au meurtre de leurs tortionnaires.

    En 1996, 10 575 incidents (3) se sont produits, selon le rapport annuel du ministティre de l'テゥducation sur les problティmes テ? l'テゥcole, soit une augmentation de 20 % sur l'annテゥe prテゥcテゥdente. En 1997, plus de 1 300 incidents entre テゥlティves et professeurs ont テゥtテゥ rテゥpertoriテゥs, ce qui reprテゥsente une hausse de 50 % par rapport テ? 1996. Ces chiffres rejoignent ceux de la police nationale, qui s'alarme de la progression de la criminalitテゥ juvテゥnile. Le nombre des agressions et des crimes particuliティrement violents a augmentテゥ de prティs de 50 % entre 1996 et 1997. La tendance s'est poursuivie en 1998. Autre constat : les filles sont autant impliquテゥes que les garテァons.

    Plus que la croissance de la dテゥlinquance en elle- mテェme, c'est le changement de la nature des crimes et l'テ「ge de leurs auteurs qui prテゥoccupe la sociテゥtテゥ. Les agressions, d'une violence extrテェme, sont perpテゥtrテゥes par de tout jeunes adolescents, de maniティre quasi gratuite ou pour des motifs futiles. Un rapport du ministティre de l'テゥducation souligne que ツォ les auteurs sont des テゥlティves apparemment normaux. Ces テゥlティves donnent des signes d'avertissement minimes, qui passent inaperテァus, comme des rテゥactions disproportionnテゥes テ? de petites choses ツサ.

    Tout cela conduit l'テゥcrivain Kaoru Takamura テ? s'interroger : ツォ Des changements fondamentaux dans la psychologie des jeunes Japonais se sont-ils produits ces vingt derniティres annテゥes ? Il n'est pas impossible que la sociテゥtテゥ japonaise soit dテゥrテゥglテゥe alors mテェme que tout semble fonctionner normalement (4). ツサ Le regain de violence des jeunes traduit-il effectivement un phテゥnomティne profond, une perturbation de l'テゥquilibre subtil d'une sociテゥtテゥ trティs policテゥe et dans l'ensemble plutテエt prospティre ? On a vite fait d'incriminer tテゥlテゥvision, jeux vidテゥo et mangas (5), accusテゥs d'exercer une influence malsaine sur la jeunesse. Ce soupテァon apparaテョt indubitablement fondテゥ sur un point : le butterfly knife.

    Il s'agit d'un couteau dotテゥ d'un double manche ornテゥ et d'une forte lame, avec lequel ont テゥtテゥ commises la plupart des agressions rテゥcentes. La mode du butterfly knife a テゥtテゥ lancテゥe grテ「ce テ? une sテゥrie tテゥlテゥvisテゥe intitulテゥe ツォ Gift ツサ (ツォ cadeau ツサ), oテケ le hテゥros maniait cette arme avec une grande dextテゥritテゥ. Une autre sテゥrie, ツォ GTO ツサ, jouテゥe par un acteur en vogue auprティs des adolescents et dテゥclinテゥe aussi en manga, aurait テゥgalement eu de l'influence. Mais il y a une diffテゥrence de taille entre porter un couteau et s'en servir pour tuer quelqu'un. Si les jeunes utilisent cette arme, c'est probablement parce qu'on peut s'en procurer une dans n'importe quel magasin pour 100 テ? 300 francs.

    Dans les grands centres de jeux vidテゥo d'Umeda, テ? Osaka, d'Akihabara et d'Ikebukuro, テ? Tokyo, les joueurs ont plutテエt entre vingt et trente ans et non entre douze et quinze ans. Entre le bruit assourdissant des machines et le nombre d'heures passテゥes devant un テゥcran n'offrant que des jeux rテゥpテゥtitifs, ils sortent abrutis plutテエt qu'excitテゥs de ces moments de loisirs. ツォ Aucune テゥtude n'a テゥtabli de conclusions sur les dangers des jeux vidテゥo ツサ, relティve Junichi Seto, un journaliste du Mainichi Shimbun, spテゥcialisテゥ dans la dテゥlinquance juvテゥnile. Faut-il vraiment craindre que les jeunes ne fassent pas la diffテゥrence entre l'image virtuelle sur l'テゥcran et la vie rテゥelle ?

    Les causes profondes de cette recrudescence de la violence rテゥsident en fait dans la dテゥsagrテゥgation de la famille, la crise du systティme テゥducatif et les consテゥquences de la politique de croissance テゥconomique テ? tout prix menテゥe depuis 1945. Aprティs la seconde guerre mondiale, les Japonais ont concentrテゥ leur temps et leur テゥnergie au travail et テ? l'entreprise, dテゥlaissant leur vie familiale et communautaire. Les dテゥgテ「ts provoquテゥs dans la sociテゥtテゥ sont patents : les relations humaines se sont considテゥrablement dテゥgradテゥes, dans une culture dominテゥe par l'appartenance テ? une communautテゥ (テ? l'inverse de la sociテゥtテゥ occidentale depuis longtemps individualiste) et les valeurs traditionnelles sont peu テ? peu tombテゥes en dテゥsuテゥtude. La jeunesse se retrouve aujourd'hui sans repティre.

    Une impitoyable obligation de rテゥussite

    LA famille nuclテゥaire, comportant souvent un enfant unique, a remplacテゥ la famille nombreuse d'autrefois. Dans ce pays sururbanisテゥ, les grands-parents ou les cousins habitent parfois loin et les temps de transport sont trop importants pour que les uns et les autres se rendent souvent visite. L'autre rテゥseau traditionnel de solidaritテゥ, le voisinage, est lui aussi en train de disparaテョtre, テ? cause de l'urbanisation et de la perte des valeurs traditionnelles de la communautテゥ. Jadis, les parents qui s'absentaient avaient coutume de laisser leurs enfants テ? la garde des voisins. Aujourd'hui, ils les laissent livrテゥs テ? eux-mテェmes.

    Les parents - surtout le pティre, qui reprテゥsente l'autoritテゥ - prennent de moins en moins le temps de s'occuper de leurs enfants. ツォ Les Japonais ont une maison, mais ils n'ont plus de foyer ツサ, remarque l'inspecteur Naritada Nishioka, directeur adjoint de la section dテゥlinquance juvテゥnile de la police d'Osaka. Par ailleurs, il est de plus en plus difficile, devant les jeunes gテゥnテゥrations, de se faire l'avocat des valeurs morales alors que tout concourt テ? en souligner la dテゥliquescence : il suffit de constater les scandales politico-financiers qui secouent le pays depuis dix ans et impliquent les modティles d'autrefois - chefs de grandes entreprises, hommes politiques, hauts fonctionnaires, notamment - ou encore la toute-puissance de l'argent, comme en tテゥmoigne le phテゥnomティne de la prostitution des lycテゥennes.

    Autant que l'institution familiale, le systティme テゥducatif traverse une crise profonde. Longtemps efficace, le modティle d'une テゥcole elle aussi instrumentalisテゥe pour la croissance テゥconomique au lendemain de la guerre ne fonctionne plus correctement. ツォ L'objectif des jeunes est d'entrer dans le meilleur lycテゥe, pour arriver dans la meilleure universitテゥ, pour intテゥgrer la meilleure entreprise et bien gagner sa vie, devenir riche, rテゥsume le journaliste Junichi Seto. Leur vision est trティs matテゥrialiste. ツサ La sテゥlection s'opティre tテエt. Un concours, au terme des trois annテゥes de collティge, dテゥtermine l'avenir des adolescents de quinze ans. Pour entrer dans les grandes entreprises ou la haute fonction publique, il n'y a qu'une voie unique, une demi-douzaine d'universitテゥs prestigieuses auxquelles on n'accティde que par le biais de lycテゥes rテゥputテゥs, lテ? aussi sur concours.

    Pour rテゥussir cette テゥpreuve, les collテゥgiens travaillent d'arrache-pied. Aprティs leurs six heures quotidiennes de cours, une ou deux heures passテゥes au club sportif ou culturel intテゥgrテゥ テ? l'テゥcole et quasi obligatoire, les deux tiers des jeunes se rendent dans un juku, un cours privテゥ, deux テ? quatre fois par semaine. Les parents consentent pour cela テ? des sacrifices financiers importants. Le redoublement n'est pas permis. ツォ Les professeurs essaient d'aider les mauvais テゥlティves, mais honnテェtement on ne peut pas faire grand-chose ツサ, admet M. Saeki, le directeur de l'テゥcole de Sendai. Les collテゥgiens subissent une telle pression de la part de leurs parents et du systティme scolaire qu'ils en deviennent souvent violents, ou bien alors ils baissent les bras et refusent d'aller テ? l'テゥcole. Tous les acteurs du systティme テゥducatif reconnaissent que ce comportement devient un problティme majeur.

    Du cテエtテゥ du monde politique, des mテゥdias et de la sociテゥtテゥ civile, de nombreuses voix s'テゥlティvent pour appeler テ? la rテゥvision de la loi sur la dテゥlinquance juvテゥnile, laquelle, votテゥe sous l'influence amテゥricaine il y a cinquante ans, est favorable テ? la rテゥinsertion des criminels. L'Association des victimes de la dテゥlinquance juvテゥnile, nテゥe il y a deux ans, demande que la responsabilitテゥ pテゥnale soit abaissテゥe de seize テ? quatorze ans, ainsi que l'intervention d'un procureur dans le procティs et l'ouverture des dテゥbats au public. La rテゥvision de la loi rテゥpondrait certes au besoin de justice des victimes et de la population dans son ensemble, mais il est peu probable qu'elle permette d'enrayer la montテゥe de la violence, comme le montre le contre-exemple amテゥricain (6).

    Pour le docteur Nakazawa, ツォ ce n'est pas la jeunesse qui se dテゥrティgle, ce sont les adultes ツサ : ツォ Regardez l'テゥvolution du pays depuis cinquante ans, regardez la situation aujourd'hui : le gouvernement investit des sommes テゥnormes pour sauver les banques et presque rien dans l'action sociale. ツサ

    DAVID ESNAULT.

    (1) La dテゥlinquance juvテゥnile est plus テゥlevテゥe que la moyenne テ? Osaka, deuxiティme ville du Japon.

    (2) Enjo signifie ツォ aider ツサ et kosai ツォ sortir avec ツサ.

    (3) Incluant l'ensemble des problティmes, dont l' ijime.

    (4) ツォ La sociテゥtテゥ japonaise et le psychopathe ツサ, par Kaoru Takamura et Masaaki Noda , Cahiers du Japon, Paris, printemps 1998.

    (5) Bandes dessinテゥes vendues テ? des millions d'exemplaires, parfois violentes ou テゥrotiques.

    (6) Lire Dudhir Venkatesh, ツォ Jeunes テ? la dテゥrive dans les villes amテゥricaines ツサ, Le Monde diplomatique, mai 1994. Et Loテッc Wacquant, ツォ Ce vent punitif qui vient d'Amテゥrique ツサ, Le Monde diplomatique, avril 1999.


    Copyright © Le Monde Diplomatique
     

Share this page

  1. This site uses cookies to help personalise content, tailor your experience and to keep you logged in if you register.
    By continuing to use this site, you are consenting to our use of cookies.
    Dismiss Notice